structure-light-led-movement-158826
L’écosystème #APTIC : agir collectivement au service de l’intérêt général
#APTIC est un outil. Mais pas seulement. #APTIC c'est aussi et surtout une stratégie partagée pour accélérer prioritairement l'inclusion numérique des citoyens les plus éloignés, consolider les producteurs locaux de services de médiation numérique et impliquer tous les acteurs pour lesquels la montée en compétences numériques est un enjeu social, philosophique ou économique. C'est l'articulation de ces trois termes qui fait que #APTIC porte une approche d'écosystème.

#APTIC est un service économique. Mais pas seulement.

Pour faciliter l’impact social et l’acceptabilité du modèle, #APTIC s’est appuyé sur un code culturel connu et reconnu : celui du titre-restaurant. Mais #APTIC c’est bien plus qu’un titre de paiement pour un service rendu. Et c’est tout ce qui le différencie d’une banale solution de monétique et rend #APTIC unique et incomparable.
#APTIC c’est avant tout une stratégie qui permet de créer une coalition entre parties prenantes au service d’un impact social. Cet impact social
Et c’est parce qu’il porte cet enjeu qu’il est conçu dans un format de bien commun : il articule modèle entreprenarial pour être soutenable et durable, avec un modèle d’intérêt général.
C’est en ce sens que #APTIC est un service économique qui:

  • a un impact social,
  • se développe au service d’un intérêt collectif, et
  • contribue aux démarches d’intérêt général.

#APTIC mobilise une communauté. Mais pas seulement.

#APTIC  s’appuie sur une communauté d’acteurs qui participent directement ou indirectement à la réussite de l’impact social recherché.

Mais produire des ressources partagées, documenter ses pratiques, fédérer une communauté, faciliter les mécanismes contributifs de ses membres ne suffit pas en faire un bien commun.
Sans quoi, Microsoft, en rachetant Github, serait devenu, par un « simple » flux de 7,5 milliards d’euros, le plus grand producteur de communs du monde. 
C’est donc que partager, documenter et fédérer une communauté est une condition nécessaire mais pas suffisante.

Si #APTIC s’appuie sur une communauté, #APTIC n’est en revanche pas communautaire.
Notamment parce que l’impact recherché dépasse le cercle des seuls membres de la communauté.

Ainsi:

  • la recherche de l’intérêt collectif de celles et ceux qui coopèrent
  • la recherche des impacts positifs externes (et pas seulement les externalités positives)
  • la typologie des parties prenantes
  • la typologie des impacts sociaux visés

impose que #APTIC opte pour:

  • une stratégie économique visant à la soutenabilité pour garantir la durabilité de la démarche,
  • une gouvernance articulant la réactivité entrepreneuriale et l’inclusivité de la gouvernance coopérative.

C’est en ces termes et au regard de ces enjeux que les fondateurs de #APTIC ont fait le choix d’en faire un bien commun.

#APTIC fait écosystème. Mais pas pour faire semblant.

Un écosystème est un ensemble dynamique d’organismes vivants (plantes, animaux et micro-organismes) qui interagissent entre eux et avec le milieu (sol, climat, eau, lumière) dans lequel ils vivent.

Parler d’écosystème nécessite de parler de réciprocité (il s’agit d’interagir), d’éthique (les interactions doivent être équitables), et de confiance (les interactions sont loyales, documentées et soutenables pour les parties).

C’est pourquoi #APTIC doit faire en sorte que ses actions, comme celles de l’écosystème dans lequel #APTIC s’inscrit, contribuent à cet intérêt collectif qui dépasse les seuls intérêts de ses parties prenantes.
Quitte à en être le garant.

À cet effet #APTIC doit être « contaminant » dans cette recherche de l’intérêt collectif. 

En effet il ne suffit pas de produire à tour de bras de la donnée exploitée par des tiers pour faire écosystème.

#APTIC promeut donc un écosystème symbiotique. Et réellement.

L’étymologie du terme symbiose ((du grec σύν sýn, ensemble et βίος bíos vie) ne présuppose pas des modalités d’interactions existant entre les deux organismes impliqués et recouvre aussi bien des relations mutualistes (dans lesquelles les deux organismes retirent un intérêt à l’association) que parasitaires (dans lesquelles un des deux organismes retire un avantage tandis que le second subit des coûts).  (source: Wikipedia)

  • #APTIC porte donc un modèle dans lequel sont garantis des modèles ouverts et interopérables.
  • #APTIC délivre des données et des API permettant d’augmenter la capacité à agir des toutes celles et ceux qui prennent par à cette démarche d’intérêt général.
  • #APTIC en supervise les usages pour garantir le fair-use des « connectés » et des « usagers des données ».

Tant pour des raisons économiques que des raisons de loyauté (eq. fair), #APTIC doit donc promouvoir un modèle cohérent avec la stratégie de biens communs.

Ce modèle doit permettre de promouvoir les usages vertueux, consolidant et tournés vers l’intérêt collectif, et de limiter le risque de parasitisme commercial, forme économique du parasitisme biologique.

Le parasitisme commercial est une des formes de la concurrence déloyale. Pour la cour de cassation il s’agit de « l’ensemble des comportements par lesquels un agent économique s’immisce dans le sillage d’un autre afin de tirer profit sans rien dépenser de ses efforts et de son savoir-faire » (source)

  1. Les usages et les connexions ouvertes, libres, réciproques sont encouragées voire soutenues.
  2. Les usages et les connexions qui génèrent un modèle de revenus sont facilitées. Elles doivent participer à consolider leurs auteurs pour garantir la soutenabilité de leurs services au sein de l’écosystème, la consolidation économique des acteurs engagés, l’amélioration de l’impact auprès des bénéficiaires prioritaires et contribuer équitable à la production des ressources communes.

Le modèle contaminant repose donc sur :

  • L’ouverture réelle des données produites par #APTIC.
  • L’utilisation d’un identifiant unique (token) pour chaque usager de ces données.
  • L’obligation pour chaque usager de se conformer à une charte et des conditions d’usages (licences)
  • L’engagement de qualifier et de documenter son usage des données et/ou des API (use case).
  • La nécessité de contribuer, en cas d’utilisation rémunératrice, par une part des richesses produites par l’utilisation de ces données et/ou des API, non pas au financement de #APTIC, mais à un fonds de dotation dédié aux projets d’innovation sociale et numérique. Ce mécanisme contributif est de nature à garantir une approche vertueuse de nature à contribuer au financement de nouveaux biens communs. 

#APTIC contribue ainsi par ses pratiques et ses modèles, directement et indirectement à la fois à la soutenabilité des acteurs et à la productions de communs.

Et pas seulement 😉

Restons en contact :